Covid-19, guerre en Ukraine, attentats, inondations…

Ces dernières années, les autorités et les citoyens ont dû réagir face à des crises inédites.

Pour Geoffroy Kensier, chef de groupe Objectif XL, qui interroge – par écrit, début février 2024 – le Collège : “ces crises ont montré l’importance d’anticiper et de prévoir l’imprévu par seulement pour les forces de l’ordre, les pompiers, les policiers ou les professionnels de la santé mais aussi pour les citoyens et les citoyennes“.

C’est dans ce cadre que le programme BRU response a vu le jour via safe.brussels, l’organisme d’intérêt Public (OIP) qui doit permettre l’organisation d’une gestion centralisée et transversale de la sécurité à Bruxelles de même que le développement d’une politique régionale en matière de sécurité.

Depuis septembre 2023, les 3 premières rencontres citoyennes pour engager les bruxellois dans la gestion de crise ont été organisées à Woluwe-Saint-Pierre, Etterbeek et Woluwe-Saint-Lambert.

L’occasion d’expliquer aux habitants comment se préparer au mieux aux différents types de crises auxquelles nous pourrions être confrontés à Bruxelles, mais aussi de présenter la “réserve citoyenne communale de sécurité civile.

Il s’agit d’une réserve de citoyens volontaires qui seront formés et pourront participer activement à des exercices en vue d’être contactés lors de la survenance de situations d’urgence.

Quelques exemples de cas, pour lesquels ces citoyens seront peut-être appelés : inondations, incendies, fortes chaleurs… Dans ces cas, ils sont par exemple invités à orienter les victimes, distribuer des repas, récolter des informations, etc.

– La commune d’Ixelles compte-elle s’inscrire dans cette initiative, avec quelles autres communes et à quelle échéance ?

Partager: