Kathrine Jacobs, conseillère communale, a été interpellée par des habitants du quartier de l’hôpital d’Ixelles.

Ceux-ci se plaignent entre autres des campings répétitifs devant le bâtiment de la cohésion sociale rue Jean Paquot. Selon eux, pendant six mois, il y a eu une famille qui s’y est installée dans une tente. A leur départ, d’autres personnes en situation de précarité et d’assuétude les ont remplacés. Certaines de ces personnes s’installent même sous l’escalier. Il suffit de très peu de temps pour que le lieu ne devienne un véritable dépotoir. Que ce soit des vêtements qui traînent, des chaussures, des canettes, mais aussi selon les habitants des seringues.

Lors du conseil communal du 21 novembre, la conseillère communale a interpellé le Collège :

« Comme dit l’adage, la crasse attire la crasse. Et la crasse crée un sentiment d’insécurité ressenti principalement par les familles avec enfants et les personnes âgées.

Comme vous le savez, les services de la cohésion sociale organisent de nombreuses activités de qualité pour les habitants du quartier.

Pour améliorer le cadre de vie et permettre à chacun de s’y épanouir, le quartier peut compter sur le courage d’un gardien de parc qui nettoie régulièrement toute cette saleté devant et coté de l’entrée de la cohésion sociale pour rendre le lieu plus accueillant pour les visiteurs.

Un autre point noir dans ce quartier est le terminus du bus 59. Le mur sert de pissoir pour tous les paresseux qui passent par là.

Et enfin le petit square Verhaegen est dans un état déplorable. Cet espace vert n’attire plus personne et crée également un sentiment d’insécurité qui vient s’ajouter aux autres désagréments cités au préalable.

Quand on voit la beauté du parc Albert II, on se demande comment c’est possible d’avoir cette différence de gestion entre deux espaces verts à quelques dizaines de mètres l’un de l’autre.

Voici mes questions :

-Comment se passe l’accompagnement de personnes précarisées qui campent régulièrement devant le bâtiment de la cohésion sociale ?

-Comment gérer vous les personnes en situation d’assuétude ? Est-ce qu’Ixelles a un programme particulier pour gérer cette problématique ? Des mesures sont-elles prises pour éviter que des seringues se retrouvent sur la voie publique ?

-Comment éviter que le terminus du 59 devienne un pissoir géant ? Envisagez-vous de mettre une toilette publique ?

-Y a-t-il un projet prévu pour rénover le square Verhaegen ? Ou le rendre déjà plus attractif pour les habitants du quartier ? La dynamique initiée dans le parc Albert II ne peut-elle pas englober le square ? »

Presse :

Article dans le journal La Capitale du 23 novembre 2019

Partager: